Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tout désespoir en politique est une sottise absolue. CM

Ils ont abandonné l’Eglise

6 Juillet 2013 , Rédigé par A. Mailloux Publié dans #Catholicisme

 

"Vous les entendrez [les protestants] sans cesse prononcer le divin nom du Christ, et ils ont abandonné l’Eglise, son épouse bien aimée ; ils se diront les disciples du Dieu fait-homme, et ils blasphémeront et insulteront la très sainte Vierge, sa mère ; ils auront sans cesse à la bouche les mots de liberté évangélique, et ils sont les esclaves de l’erreur ; ils blâmeront et censureront l’Eglise, ses croyances, ses sacrements, ses pratiques religieuses, et ils sont d’une ignorance monstrueuse sur ce qu’enseigne l’Eglise ; ils crieront bien haut contre le Pape et les évêques, et ils ignorent complètement quelle est la mission du Pape et des évêques " que l’Esprit-Saint a établis pour gouverner l’Eglise de Dieu [Act. des Ap. ch. 20] ; " ils condamneront les pratiques de pénitence et tout ce qui mortifie cette chair que saint Paul " traitait rudement et réduisait en servitude, dans la crainte d’être réprouvé " [I Cor. ch. 9. v. 27] et ils ne s’aperçoivent point qu’ils font " un Dieu de leur ventre " [Philip, ch. 8, v. 19] ; " enfin ils publieront sur les toits " [Matt. ch. 10, v. 27], et avec une audace diabolique, que l’Eglise catholique est en opposition directe avec la bible, pendant qu’on leur a démontré cent fois que c’était eux qui ne la suivait point, qu’ils en torturaient le sens pour la mettre d’accord avec les égarements de leur raison, et n’y prenaient que ce qui pouvait entrer dans le système religieux qui était de leur goût. Luther en a encore fait l’aveu. " Supposez, dit-il, une loi qui prescrive en tout et partout le contraire des dix commandements de Dieu, et vous aurez tout juste la loi qui semble régler le train du monde [protestant] : tout, oui, tout témoigne du peu de cas qu’on fait de la parole de Dieu et de ses serviteurs ; tout n’est que blasphèmes, " libertinage, orgueil et rapine. "

Et puis, on verrait en Canada, dont les habitants sont doués d’un rare bon sens, on verrait des Canadiens prêter l’oreille à de telles absurdités ? On essayerait à leur faire croire que la bible qui a été écrite par des catholiques, et le Nouveau-Testament après l’établissement de l’Eglise, serait opposée aux enseignements de cette Eglise ? On leur ferait croire qu’un individu, avec sa pauvre raison individuelle, et qui n’étudie la bible que depuis deux jours, la comprendrait mieux que tous les papes et les évêques qui l’étudient depuis plus de dix-huit cents ans ? On viendrait à bout de leur faire croire qu’une société aussi nombreuse et aussi savante que celle de l’Eglise catholique, aurait conservé, avec un soin infini, un livre divin qui la condamne ? — Je le dis avec assurance, jamais de tels non sens n’entreront dans la tête des Canadiens, qui jouissent encore de leur raison.

Encore une fois, que les Canadiens se défient de ces hommes. Pour mieux les connaître et les apprécier, qu ils étudient avec le plus grand soin leur divine religion qui, dans tous les temps, est sortie victorieuse des attaques et des ruses de l’enfer, par l’assistance d’en haut que lui garantissent ces solennelles promesses, d’abord à St-Pierre, le chef des Apôtres : " Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudrontpoint contre elle ", et ces autres : " J’ai prié pour toi, Pierre, afin que ta foi ne défaille point, et toi aussi, quand tu seras une fois converti, affermis tes frères, " et ces autres encore : " Je te donnerai les clefs du royaume des cieux. Et tout ce que tu lieras sur la terre, sera lié dans le ciel, et tout ce que tu délieras sur la terre, sera délié dans le ciel. " Ensuite, à tous les Apôtres réunis : " Allez donc, enseignez toutes les nations ; leur apprenant à observer toutes les choses que je vous ai prescrites ; et VOILA QUE JE SUIS TOUS LES JOURS AVEC VOUS JUSQU’A LA CONSOMMATION DES SIÈCLES."

Que les Canadiens demandent donc sans cesse à celui quiest la vraie lumière, qui éclaire tout homme venant en ce monde," la grâce de ne jamais perdre de vue les vérités capitales que voici : II n’y a qu’un Seigneur, " qu’une foi, qu’un baptême", " qu’un troupeau et qu’un pasteur " : donc, union dans la même foi, dans les mêmes sacrements, dans une seule et même société : LE CATHOLICISME."

 

A. Mailloux

Partager cet article

Repost 0